Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer
Web Original

Bien dormir

From The Herald of Christian Science - September 29, 2022


On considère qu’il est important de bien dormir pour être performant au travail, être au mieux de sa forme avec sa famille et ses amis, et plus généralement pour conserver son enthousiasme et sa joie de vivre. Pourtant, bien souvent, il est très difficile pour de nombreuses personnes d’avoir une bonne nuit de sommeil. Selon une étude de marché, les dépenses en somnifères dans le monde en 2020 se sont élevées à quatre-vingts milliards de dollars.

Il est réconfortant de savoir qu’il existe une autre manière de résoudre ce problème. La Science Chrétienne présente une vision différente qui permet de trouver l’harmonie en toute activité, y compris le sommeil, qui représente environ un tiers de leur temps pour la plupart des gens.

Dans la Bible, on lit que Dieu est l’Amour divin (voir I Jean 4:8). Pour que Dieu existe vraiment en tant que Père-Mère, Il doit avoir des expressions, tout comme une chanson doit être chantée ou une danse être dansée. Dieu s’exprime par des idées spirituelles (chacun d’entre nous), qui n’ont pas d’existence en dehors de Lui mais coexistent avec leur Parent divin.

Se considérer comme un être purement spirituel, c’est certainement une idée nouvelle. Mais cela signifie simplement que, malgré l’image physique que nous avons de nous-mêmes, que ce soit celle d’un enfant ou d’une personne âgée, notre individualité réelle – ce que nous sommes éternellement – coexiste déjà et pour toujours, paisiblement, avec l’Amour infini en tant que son unique expression. Et un sommeil régulier est l’expression de cette paix.

Selon ce concept plus élevé de l’individualité, nous sommes toujours en train de nous reposer, mais pas dans l’inactivité ou l’inconscience. Au contraire, chacun de nous, dans son être véritable en tant que reflet ou expression de Dieu, se repose mentalement dans l’infinitude de l’Amour illimité – serein, en paix et s’attendant au bien.

Dans la Bible, il est écrit que Dieu a créé l’univers en six jours, puis qu’Il s’est reposé. (voir Genèse 1:1-2:3) Nous pouvons appliquer ce concept non pas littéralement, mais métaphoriquement, puisque le nombre sept représente une totalité dans les textes sacrés hébreux. Possédons-nous cette conscience propre au jour du sabbat que tout est parfait, complet et « très bon » ? Avoir cette conscience, c’est vraiment se reposer et c’est l’opposé de l’inquiétude, de l’anxiété, de l’auto-condamnation et de la dépression. Dieu nous donne la maîtrise de ces états de pensée qui sont étrangers à notre véritable nature spirituelle. Christ Jésus a dit que nous ne devions pas nous inquiéter, même pour les choses les plus ordinaires. Au contraire, nous devrions chercher à comprendre le gouvernement de Dieu, et alors nous verrions que tous nos besoins sont satisfaits. (voir Matthieu 6:28-34)

Dans le Glossaire de Science et Santé avec la Clef des Ecritures de Mary Baker Eddy, on trouve différents termes, pour la plupart issus de la Bible, avec une interprétation spirituelle. La « mort » est en partie définie ainsi : « La chair, luttant contre l’Esprit ; ce qui se libère à grand-peine d’une croyance que pour être enchaîné par une autre, jusqu’à ce que toute croyance à la vie où la Vie n’est pas cède à la Vie éternelle. » (p. 584)

On considère qu’il est normal d’être inquiet ou soucieux, mais cela n’a pas sa place dans l’univers parfait de Dieu. En fait, l’inquiétude est une forme de pensée mortifère, puisqu’elle s’oppose à la paix et à la liberté que procure un Dieu unique, dont la création est complète, parfaite et paisible.

Comprendre qu’il s’agit là de notre nature, en tant que création de Dieu, nous permet de refuser d’être harcelés par des pensées de peur, de manque ou d’un faux sens de responsabilité, et donc d’éliminer tout sens d’inquiétude. Notre conscience individuelle peut vraiment briller en tant que reflet du Dieu unique, qui est toujours paisible. En raison du grand amour qu’Il nous porte, Dieu nous donne toujours des pensées rassurantes et paisibles grâce auxquelles nous reconnaissons que, puisque la peur et l’inquiétude ne proviennent pas de Dieu, elles ne nous appartiennent pas. Jésus dit : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. » (Matthieu 11:28) Par exemple, alors qu’il dormait paisiblement dans un petit bateau de pêche, une violente tempête n’a pu troubler son sommeil. (voir Marc 4:37-39)

La façon dont on peut trouver le repos en tant que reflet spirituel de Dieu est individuelle. Pour ma part, j’ai trouvé utile et libérateur d’observer une certaine discipline quant à l’heure à laquelle je vais me coucher. Mais au lieu de penser qu’à une certaine heure je dois poser ma tête sur l’oreiller et m’endormir, j’attends avec impatience le moment qui précède le sommeil pour être encore avec Dieu. C’est l’occasion de passer en revue ma journée, d’être reconnaissant pour le bien dont j’ai été témoin, de réfléchir aux Dix commandements et à d’autres enseignements de la Bible. Ensuite, si je ne dors pas encore, j’aime prier pour mon quartier, pour le monde ou pour mon église.

Il y a quelques années, lorsque je me couchais, je surfais sur Internet ou j’utilisais mon smartphone. Mais la prière m’a amené à ne pas me laisser distraire par les écrans ou les e-mails lorsque je me couche, mais à chérir ce moment tranquille avec Dieu, un temps consacré à écouter Ses pensées. Cela m’a aidé non seulement à dormir de façon plus régulière, mais aussi à avoir un sommeil paisible.

Faut-il faire un petit somme ou une sieste pendant la journée ? La sieste est habituelle dans certaines cultures et pour certains individus. L’important, c’est de se tourner vers Dieu pour savoir quand dormir et combien de temps. L’avantage de traiter l’insomnie uniquement par la prière et la compréhension spirituelle – par opposition aux somnifères matériels – c’est que la prière s’attaque à la racine de l’insomnie. De plus, les effets secondaires de la prière sont toujours positifs !

Chacun de nous peut dormir normalement et se sentir constamment reposé et en pleine forme, démontrant ainsi sa véritable nature spirituelle. Nous nous reposons vraiment toujours quand nous faisons un avec l’Amour divin infini.

ACCESS MORE GREAT ARTICLES LIKE THIS!

Welcome to Herald-Online, the home of The Christian Science Herald. We hope you'll enjoy this article that has been shared with you.

To receive full access to the Heralds, activate an account using your print Herald subscription, or subscribe to JSH-Online today!

The Mission of the Herald

In 1903, Mary Baker Eddy established The Herald of Christian Science. Its purpose: "to proclaim the universal activity and availability of Truth." The definition of "herald" as given in a dictionary, "forerunner—a messenger sent before to give notice of the approach of what is to follow," gives a special significance to the name Herald and moreover points to our obligation, the obligation of each one of us, to see that our Heralds fulfill their trust, a trust inseparable from the Christ and first announced by Jesus (Mark 16:15), "Go ye into all the world, and preach the gospel to every creature."

Mary Sands Lee, Christian Science Sentinel, July 7, 1956

Learn more about the Herald and its Mission.