Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer
Web Original

Pour les jeunes: Pourquoi je suis scientiste chrétien

La force de repousser

From The Herald of Christian Science - October 18, 2021


Hilary Harper-Wilcoxen

« Repousser ». J’étais seule dans ma voiture quand j’ai entendu ce mot.

« Repousser ». Se pourrait-il qu’il soit une réponse à ma prière ? Après tout, j’avais prié. Mais je ne savais pas vraiment ce que ce mot voulait dire, alors j’ai demandé à Dieu de m’aider à comprendre pourquoi il était important.

Je me suis retrouvée à penser à l’époque où je vivais à New York et où je prenais des métros bondés. Si vous laissez les autres passagers vous pousser lorsque vous êtes debout dans ces rames de métro en mouvement, il se peut que vous finissiez par tomber. Il faut tenir bon et les repousser doucement ; suffisamment pour ne pas être bousculé. 

Mais qu’étais-je censée repousser maintenant ?

Je me suis alors souvenue d’une guérison que j’avais eue quelques années plus tôt. Comme habituellement, j’avais commencé ma journée en lisant la Leçon biblique de la semaine dans le Livret trimestriel de la Science Chrétienne et j’avais prié pour moi-même. Plus tard, alors que je me dirigeais vers mon bureau, j’ai soudainement ressenti une douleur aiguë à l’estomac. C’était aussi accablant qu’effrayant. Elle était si forte que j’ai dû cesser de marcher. Alors que je me tenais là, me demandant ce qui se passait, cette phrase est venue à ma pensée : « Suggestion mentale agressive ». Ma première réaction a été de me dire que le problème ne ressemblait certainement pas à quelque chose de mental. Il me semblait que quelque chose n’allait vraiment pas bien physiquement. Mais je savais que ces mots n’étaient pas sortis de nulle part. Je les avais lus dans les écrits de Mary Baker Eddy (Manuel de L’Eglise Mère, p. 42). Et maintenant, ils venaient à moi sous forme de réponse à ma prière, pour être guidée et délivrée par Dieu, l’Entendement divin. Donc, mentalement, j’ai repoussé la douleur et la peur, en prenant cette phrase un mot après l’autre :

« Agressive ». Oui, ces sensations étaient très agressives et accablantes. Mais en songeant à ce mot, j’ai soudain compris que l’agressivité était une technique d’intimidation. Sinon, comment attirer mon attention ?

« Mentale ». Même si ce problème semblait vraiment être physique, je savais, grâce à mon étude de la Science Chrétienne, que la seule chose avec laquelle nous bataillons, c’est la pensée. Pour le dire de façon très simple, dans chaque situation, soit nous acceptons une bonne pensée émanant de Dieu, soit nous devons repousser une mauvaise pensée prétendant défier la bonté et la puissance de Dieu. Donc, reconnaître que cette douleur était en réalité mentale – une pensée négative qui pouvait être affrontée – m’a rendu la capacité d’opérer un choix, de disposer d’un contrôle sur la situation. Alors qu’il semblait impossible de résoudre le problème grâce à mon corps, je savais comment le résoudre en changeant mes pensées. Et ce mot, « mentale », m’a dit que c’était tout ce que j’avais à faire.

C’est avec le troisième mot, « suggestion », que le déclic est venu. J’ai pensé : « Si ce n’est vraiment qu’une suggestion, alors je n’ai pas à l’écouter, même si elle me dit agressivement que quelque chose ne va vraiment pas bien dans mon corps. »

Je me suis tournée vers Dieu de toute mes forces, avec toute ma foi et toute ma confiance, et j’ai dit : « Je sais que tu n’as jamais créé cette douleur, alors regardons-la disparaître. Après tout, les suggestions ne sont jamais définitives. » Et la douleur a disparu. Je me suis simplement redressée et j’ai recommencé à marcher. La douleur n’est jamais revenue, et j’ai appris une leçon importante sur la façon de repousser les suggestions mentales agressives.

Alors, qu’en est-il de la pensée que j’ai eue dans la voiture et qui m’incitait à « repousser » ? Après avoir réfléchi à ma précédente guérison, j’ai réalisé que j’avais accepté toutes sortes de suggestions mentales agressives au sujet de moi-même et des autres ce matin-là. Suggestions qui me semblaient très réelles jusqu’à ce que je reçoive le message de Dieu m’incitant à les repousser. Je l’ai donc fait avec toute l’autorité de la Vérité, et avec une pleine confiance dans le bien. J’ai aussi réalisé qu’elles n’étaient en fait que des suggestions. Je les ai ensuite vues disparaître une à une à la lumière du bien, que je savais en revanche être effectivement vrai et présent.

L’une des choses que j’aime dans le fait d’être scientiste chrétienne, c’est la force que la Science Chrétienne me donne pour repousser toute pensée qui n’est pas juste ou bonne. Savoir que je n’ai pas à accepter ces suggestions comme si elles étaient réelles ou comme si elles faisaient autorité – et qu’aucun de nous ne le doit. Qu’une suggestion soit déguisée en haine de soi, en découragement ou même en maladie, lorsque nous la repoussons comme quelque chose qui n’a pas son origine en Dieu, elle « fuira loin de vous » comme le promet la Bible (Jacques 4:7). Tout comme la douleur l’a fait pour moi. Tout comme ces pensées négatives dans la voiture, ce matin-là.

Comme je l’ai appris en prenant le métro, nous devons à la fois tenir bon et repousser tout ce qui pourrait nous bousculer. Et nous avons la fermeté et la force de Dieu pour y parvenir. Et quand nous le faisons, nous découvrons que le résultat est ce que nous désirons tous : la guérison. 

ACCESS MORE GREAT ARTICLES LIKE THIS!

Welcome to Herald-Online, the home of The Christian Science Herald. We hope you'll enjoy this article that has been shared with you.

To receive full access to the Heralds, activate an account using your print Herald subscription, or subscribe to JSH-Online today!

The Mission of the Herald

In 1903, Mary Baker Eddy established The Herald of Christian Science. Its purpose: "to proclaim the universal activity and availability of Truth." The definition of "herald" as given in a dictionary, "forerunner—a messenger sent before to give notice of the approach of what is to follow," gives a special significance to the name Herald and moreover points to our obligation, the obligation of each one of us, to see that our Heralds fulfill their trust, a trust inseparable from the Christ and first announced by Jesus (Mark 16:15), "Go ye into all the world, and preach the gospel to every creature."

Mary Sands Lee, Christian Science Sentinel, July 7, 1956

Learn more about the Herald and its Mission.