Skip to main content Skip to search Skip to header Skip to footer
Web Original

Clarté morale et santé

From The Herald of Christian Science - June 23, 2022


Peu de gens auraient abandonné un emploi aussi bien rémunéré alors qu’il y avait tant de raisons de rester. Mais c’est exactement ce qu’un de mes amis a fait. Certains y auraient vu un poste merveilleux qui offrait une stabilité importante. Mais il a vu qu’un problème majeur pointait à l’horizon. En un mot, c’était une question de moralité.

Alors que notre société devient plus tolérante dans des domaines qui étaient autrefois considérés comme moralement discutables, certaines entreprises suivent cette tendance. C’est ce qui commençait à se passer dans l’organisation sportive pour laquelle mon ami travaillait. Les lois changeaient pour offrir aux gens plus de possibilités de parier de l’argent. Cette organisation était exactement le genre d’entreprise qui pourrait en profiter, ouvrant ses portes pour accueillir et même favoriser différents types de jeux d’argent, y compris les paris en ligne.

Mon ami pourrait-il faire partie de ce qui avait, selon lui, des implications morales majeures non seulement pour lui-même mais encore plus pour la société dans son ensemble ? En fin de compte, il ne pouvait tout simplement pas mettre ses talents au service d’une pratique qui a créé une forme de dépendance pour beaucoup de personnes, et qui a généré pour elles des habitudes et des états malsains, alors il a quitté son poste. 

Les gens ne font pas toujours un lien strict entre moralité et santé, et j’entends par là non seulement la santé spirituelle, mais aussi la santé financière, mentale, émotionnelle et physique. Mais mon ami établissait un tel lien.

Cela fait quelques années qu’il a démissionné de son poste, mais pendant ce court laps de temps, il a vu les bénédictions ayant découlé de ce choix, pour sa famille comme pour sa localité. Il m’a écrit à propos de cette expérience, en disant : « Comme le dit la Bible : "Le Dieu des cieux nous donnera le succès." (Néhémie 2:20). Nous avons assurément constaté que cela était vrai dans notre cas, d’une manière que nous n’aurions pas pu imaginer lorsque nous avons pris cette décision. »

Si nous n’avons pas réfléchi à la relation entre santé et morale – ce que nous définirions comme les normes de comportement exprimées à la fois dans les Dix Commandements et dans le Sermon sur la montagne de Christ Jésus – il est peut-être temps de le faire. Exprimer aussi les qualités morales et spirituelles que Jésus a exprimées – telles que l’amour, la compassion, le pardon, la charité, l’honnêteté, la pureté, la foi, la fidélité à Dieu, et faire aux autres ce que nous voudrions qu’ils nous fassent (la Règle d’Or de l’existence que la plupart des religions ont en commun ; voir Matthieu 7 : 12) – est la véritable mesure de notre moralité.

Nous sommes tous membres de cette grande organisation qu’est la société, et les types de comportements que nous adoptons, ainsi que la base sur laquelle nous appuyons notre vie, peuvent avoir une influence stabilisatrice pour tout le monde. Mary Baker Eddy, qui a découvert la Science Chrétienne, a écrit un jour : « On constatera que les conditions morales sont toujours harmonieuses et salutaires. » (Science et Santé avec la Clef des Ecritures, p. 125)

Pourrait-il y avoir un lien entre la santé et l’harmonie de notre société actuelle d’une part et un changement de plusieurs décennies dans les normes morales d’autre part ? Il semble qu’il y ait eu une dégradation constante des idéaux moraux, et même un effort agressif pour les écarter. Mais tôt ou tard, nous constaterons qu’ils constituent une protection cruciale pour la santé globale de tous les aspects de la vie quotidienne et pour le bien-être de la société dans son ensemble. Pour certains, adopter un comportement moral peut permettre, au final, de payer ses factures chaque mois. Pour d’autres, cela peut signifier avoir le sentiment d’être physiquement et mentalement plus sain et plus équilibré. Au fur et à mesure que notre morale se clarifie, nous nous protégeons du laxisme moral de la société, et notre propre bien-être s’en trouve renforcé. Nous serons également renforcés pour guérir spirituellement, que ce soit nous-mêmes ou les autres, notamment si nous acceptons la révélation que l’identité réelle de chacun de nous est spirituelle et non matérielle.

Certaines personnes hésitent à adopter des « comportements moraux », se demandant si ceux-ci ne masqueraient pas un peu trop facilement une attitude qui tend à juger les autres. Ce peut être parfois le cas. Mais ce n’est pas une obligation. J’ai vu en certaines occasions la compassion et l’amour pour les autres être le moteur d’une décision. 

Prenons l’exemple de mon ami et de la question des paris d’argent. Il me semble que sa décision avait beaucoup plus à voir avec le souci plus large qu’il avait de l’humanité qu’avec un sens étroit consistant à juger les décisions d’un petit nombre. Quiconque a aidé des personnes aux prises avec une dépendance, comme le jeu, la drogue ou la pornographie, sait bien que la compassion peut grandement contribuer à favoriser la guérison. Les qualités morales sont nécessaires pour combler le vide moral.

Lorsque les normes morales sont vécues, elles offrent une stabilité cruciale sur la route du progrès, à la fois individuellement et collectivement. Une morale solide, lorsqu’elle est nourrie par une combinaison d’humilité et d’amour divin, nous donne la fibre spirituelle nécessaire pour défendre la santé publique. Les communautés médicales, médiatiques, juridiques, politiques et surtout religieuses doivent réfléchir sérieusement à la manière dont elles peuvent encourager la moralité, et non la saper. Tout le monde a intérêt à chérir des états de pensée qui protégeront la santé publique au lieu de la compromettre. L’auteur de Science et Santé proclame cet avertissement : « Par manque de force morale, les empires s’écroulent. » (Ecrits divers 1883-1896, p. 268)

Lorsque les attitudes sociétales ont tendance à disqualifier la morale, l’amour compatissant peut jouer un rôle puissant dans le rétablissement d’idéaux plus élevés. Considérez, par exemple, les deux aveugles qui ont demandé l’aide de Christ Jésus. La Bible dit : « Emu de compassion, Jésus toucha leurs yeux ; et aussitôt ils recouvrèrent la vue, et le suivirent. » (Matthieu 20:34) Imaginez ça ! Deux hommes ont été guéris de la cécité – la guérison étant liée à cette qualité morale qu’est la compassion. Christ Jésus a libéré ceux qui souffraient en se tenant fermement du côté de la Vérité, à la fois en se souciant profondément des enfants de Dieu et en comprenant leur nature divine sans péché, qui inclut toutes les qualités morales et spirituelles de Dieu, qualités qui confèrent la santé.

Le Christ, ou message divin de Dieu, est toujours présent dans la conscience pour nous rappeler les qualités qui font partie de nous et qui nourrissent la santé et l’harmonie – et qui nous incitent à les vivre. Nous ne pouvons pas contourner ces qualités morales si nous souhaitons guérir et être guéris, et voir la société progresser. 

Chaque jour, il nous est possible de faire des choix moraux, profitables non seulement pour nous mais pour toute l’humanité. De tels choix ou de tels idéaux moraux inspirés par la spiritualité soutiennent la croissance et le progrès spirituels du monde, et nous protègent de l’immoralité qui envahit notre santé. Au fur et à mesure que la pensée assimilera la conscience pure de la morale basée sur la spiritualité, nous cesserons de nous éloigner de ces idéaux qui protègent la santé. Notre foyer et notre localité s’en trouveront renforcés et bénis.

ACCESS MORE GREAT ARTICLES LIKE THIS!

Welcome to Herald-Online, the home of The Christian Science Herald. We hope you'll enjoy this article that has been shared with you.

To receive full access to the Heralds, activate an account using your print Herald subscription, or subscribe to JSH-Online today!

The Mission of the Herald

In 1903, Mary Baker Eddy established The Herald of Christian Science. Its purpose: "to proclaim the universal activity and availability of Truth." The definition of "herald" as given in a dictionary, "forerunner—a messenger sent before to give notice of the approach of what is to follow," gives a special significance to the name Herald and moreover points to our obligation, the obligation of each one of us, to see that our Heralds fulfill their trust, a trust inseparable from the Christ and first announced by Jesus (Mark 16:15), "Go ye into all the world, and preach the gospel to every creature."

Mary Sands Lee, Christian Science Sentinel, July 7, 1956

Learn more about the Herald and its Mission.